Maouloud Ben KATTRA à Fana : Pour une véritable synergie

 

Le lundi 11 décembre 2017, à l’Hôtel Les Moulins de Fana, le Ministre de l’emploi et de la formation professionnelle, Maouloud Ben KATTRA a ouvert les travaux du cadre de concertation entre les structures centrales et régionales en charge de l’emploi et de la formation professionnelle.

L'emploi est une dimension essentielle du développement humain durable et comme moyen primordial de lutte contre la pauvreté et contre toutes les autres dérives.
Le plein emploi, même s’il demeure de nos jours un objectif inatteignable, est la base de l'accomplissement humain et une condition du développement socio-économique mettant en évidence le droit au travail. C’est aussi le témoignage d'une étroite collaboration entre pouvoirs publics et secteur privé. 


Maouloud Ben KATTRA dira : « Une réduction durable de la pauvreté passe inévitablement par un accès à un emploi plus stable et mieux rémunéré, pour une plus grande partie de la population en âge de travailler. C’est pourquoi l’objectif de développement du programme du Président de la République, Son Excellence Monsieur Ibrahim Boubacar Kéïta, qu’intègre le plan d’actions de la politique nationale de l’emploi, est de faire passer le Mali d’une économie exportatrice de matières premières à une économie de création de richesses à l’horizon 2017 ; en se basant sur cinq Piliers : l’agro-industrie, les mines, le BTP, le tourisme et les TIC. Pour y parvenir, le programme du Président de la République préconise des mesures prioritaires et des mesures complémentaires. »
Concernant les mesures prioritaires, il s’agit de la création d’un fonds emploi jeune de 250 Milliards FCA, pour soutenir le développement de plus de 1000 activités créatrices de plus de 200.000 emplois. Il s’agit aussi du vote d’une loi prévoyant que tout projet financé par l’Etat puisse intégrer la problématique de l’emploi. Les mesures complémentaires, quant à elles, ont trait à la mise en œuvre d’une politique d’installation des jeunes ruraux sur des terres aménagées assortie d’un Programme de construction d’Habitat Rural (PHR) en faveur de ces jeunes, et, la création de Centres Ruraux de Prestation (CRP) tenus par des jeunes diplômés sans emplois, pour fournir aux producteurs des services de labour, de semis, de traitement, de récolte et de post récolte avec des équipements adéquats acquis auprès du système bancaire. 
Selon le Ministre : « La formation professionnelle, quant à elle, doit soutenir les axes prioritaires de développement socio-économique fixés par l’Etat et être un instrument privilégié de la croissance économique et de la lutte contre le chômage. La formation professionnelle doit, pour cela, répondre aux besoins des entreprises. Les parents et les jeunes, en particulier, doivent comprendre son importance pour qu’elle puisse créer chez chacun une perspective d’avenir et surtout d’emploi. »
Il est à noter que le chômage, et surtout celui des jeunes, crée une frustration qui à la longue pourrait déboucher sur les migrations non désirées ou pire sur l’insécurité à travers l’adhésion à des groupes terroristes. 
Des efforts énormes sont déployés par l’Etat et les Partenaires techniques et financiers, pour lier la formation professionnelle aux besoins des entreprises ; afin de réduire les écarts entre le monde des affaires et les politiques mises en place.
C’est pourquoi le cadre de concertation, instauré entre vous depuis 2014, vise à renforcer la synergie et la mutualisation des énergies pour plus de résultats et de visibilité.
La rencontre de Fana, qui va durer cinq jours, vise à faire mieux connaitre les missions des différentes structures du Ministère de l’Emploi et de la Formation Professionnelle, afin d’éviter les redondances dans la mise en œuvre des activités. Il s’agira de clarifier les missions de chaque structure du département, d’identifier à partir des missions les synergies possibles dans la mise en œuvre des activités et de mettre en cohérence les interventions des structures nationales et régionales. Il s’agira, aussi, de corriger les dysfonctionnements entre les structures et de partager les champs d’intervention des différents programmes et projet du département.

SOURCE: CCOM/MEFP