TABLE RONDE SUR L’EMPLOI ET LA FORMATION PROFESSIONNELLE DISCOURS DE MAOULOUD BEN KATTRA MINISTRE DE L’EMPLOI ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE

 

• Jeudi 21 décembre 2017, 8 heures 30 minutes.
• Auditorium du Gouvernorat du District de Bamako.

Mesdames, Messieurs les Ministres et Chers collègues,

Mesdames, Messieurs les représentants des Institutions de la République,

Monsieur le Président de la Commission Emploi de l’Assemblée Nationale,

Mesdames, Messieurs les Partenaires Techniques et Financiers,

Messieurs les Secrétaires Généraux des ministères du Secteur de l’Education et de la Formation,

Madame le Gouverneur du District de Bamako,

Monsieur le Maire de la Commune IV,

Messieurs les Présidents des Conseils Régionaux et Autorités Intérimaires,

Messieurs les Présidents des organisations Consulaires et Faîtières,

Messieurs les Présidents des Confessions religieuses et Autorités traditionnelles,

Mesdames, Messieurs les Secrétaires Généraux des organisations syndicales de travailleurs,

Mesdames, Messieurs les Directeurs et Chefs des services centraux, rattachés et personnalisés,
Mesdames, Messieurs les Coordinateurs des Programmes et Projets,
Mesdames, Messieurs les Participants,

Mesdames, Messieurs les journalistes,

Honorables invités en vos rangs, grades et qualité, tout protocole observé,

Mesdames, Messieurs,

C’est avec un réel plaisir que je préside, ce matin, la cérémonie d’ouverture de la Table Ronde sur l’Emploi et la Formation Professionnelle.

La présente table ronde, tout en se présentant comme une auto interpellation sur nos actions de mise en œuvre des différentes politiques, programmes, répond à une demande du Conseil Economique Social et Culturel depuis 2014 et à celle du Conseil National de la Jeunesse du Mali.

Ce sont deux de nos Partenaires stratégiques qui nous ont demandé d’organiser les états généraux de l’emploi et de la formation professionnelle, face à la montée du chômage et du sous-emploi malgré les énormes efforts consentis en la matière.

 

Honorables invités,

Mesdames, Messieurs,
Le Mali, à l’instar des autres pays en voie de développement, doit compter sur la capacité d’initiatives et d’interventions de ses enfants pour relever les nombreux défis qui s’inscrivent aujourd’hui dans un contexte de compétitivité aux niveaux sous- régional et international.

En ce qui nous concerne, il s’agit en même temps de réussir l’accroissement de la productivité et de la rentabilité de nos activités économiques d’une part, et, satisfaire les conditions d’une croissance économique soutenue d’autre part.

Ainsi, les plus hautes autorités sont particulièrement préoccupées par le problème de l’emploi et du chômage à cause de la très grande jeunesse de la population et de son taux d’accroissement élevé qui est de 3,6% par an.

Selon les projections du BIT, la population active au Mali devrait continuer de croître à un rythme soutenu au cours des années à venir, entre 2,9 % et 3 % par an, soit environ 150.000 actifs.

Ce chiffre prend en compte les entrées sur le marché du travail ainsi que les sorties, pour des questions d’âge ou d’autres raisons.

Cependant, le nombre brut des entrées est bien sûr beaucoup plus élevé. Il était estimé à 278.000 en 2010 et devrait atteindre 434.000 en 2031.

Mesdames, Messieurs les Participants,
La présente Table ronde se tient aussi dans un contexte marqué par une nouvelle vision de la décentralisation fondée sur la mise en œuvre de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation issu du Processus d’Alger, signé le 15 mai et 20 juin 2015 à Bamako, et la régionalisation avec l’élection des présidents des Conseils régionaux et du District de Bamako au suffrage universel direct.

L’adoption du Décret, portant sur les détails des compétences à transférer aux collectivités territoriales, offre à celles-ci un rôle déterminant dans l’identification des créneaux porteurs d’emplois et les besoins de formation basés sur les filières porteuses au niveau local.

C’est aussi le lieu de souligner que la formation professionnelle doit soutenir les axes prioritaires de développement socio-économique fixés par l’Etat et les collectivités Territoriales, et être un instrument privilégié de la croissance économique et de la lutte contre le chômage.

Elle doit répondre aux besoins des entreprises en général, et au développement de l’économie locale en particulier.

A cet effet, un volet formation professionnelle pour l’emploi doit être inscrit dans les Programmes de Développement Social Economique et Culturel des Collectivités Territoriales.

Honorables invités,
Mesdames, Messieurs,

Vous conviendrez avec nous que les Collectivités Territoriales constituent, pour le Mali, de grands bassins d’emplois inexploités.
Les opportunités et les potentialités existent en grand nombre, mais ne sont pas soutenues par des qualifications professionnelles.

Aussi, les activités productives qui y sont menées relèvent de la subsistance, voisine d’une pauvreté perpétuelle.

Il nous faut améliorer la pratique de ces activités existantes, explorer d’autres activités dans la perspective d’assurer un développement durable à notre pays.

Le rôle des Collectivités Territoriales à ce niveau me semble déterminant pour identifier les créneaux porteurs, c'est-à-dire ceux dont le traitement favorise le développement local spécifique.

C’est le lieu de souligner qu’une telle démarche ne saurait réussir à souhait que par la prévision, dans les Programmes de Développement social économique et culturel (PDSEC) des collectivités territoriales, d’un volet formation professionnelle à tous les niveaux.

Mesdames, Messieurs les Participants,

La présente rencontre permettra aux différents acteurs, je veux dire les ministères techniques, les Collectivités territoriales, le Secteur privé, la Société civile, de passer en revue l’ensemble des actions entreprises dans le domaine. 
Vous devez faire ressortir les acquis, les insuffisances et proposer des solutions adéquates à court, moyen et long terme.

L’occasion est donc opportune de débattre, sans complaisance aucune, des causes profondes qui minent la réalisation de politiques en matière d’emploi et de la formation professionnelle.

Quant au secteur privé, le rétrécissement du marché du travail n’est pas obligatoirement pourvoyeur de richesses et d’emplois pour une croissance économique appréciable.

Honorables invités,

Mesdames, Messieurs,

Je voudrais rappeler que l’étude Nationale Prospective Vision MALI 2025, adoptée par le Gouvernement le 06 décembre 2000, fait ressortir en termes de perceptions dans le cadre de l’emploi et de la formation professionnelle que le Mali connaît aujourd’hui un chômage très important aussi bien des diplômés que des jeunes non formés.

Très souvent, les formations dispensées ne correspondent pas aux besoins du marché de l’emploi et rien n’a été presqu’envisagé pour remédier à cette situation qui a comme premières causes l’inadéquation entre formation et emploi, le manque de qualification des diplômés et l’exiguïté du marché.

Et malgré les avancées significatives enregistrées, les résultats obtenus demeurent en deçà des attentes à cause de l’insuffisance dans la mise en œuvre des différents dispositifs.

Mesdames, Messieurs,

En prélude à la tenue de cette Table ronde, des concertations régionales ont été organisées, du 23 novembre au 5 décembre 2017, dans toutes les régions et le District de Bamako.

Les participants à ces concertations ont échangé sur les contraintes et insuffisance dans la mise en œuvre des politiques et stratégies en matière d’emploi et de formation professionnelle.

Ils ont défini des pistes et approches de solutions, notamment en ce qui concerne le développement d’une offre de formation professionnelle et d’opportunités d’emplois.

L’analyse des conclusions et recommandations issues de ces concertations régionales, ont permis de dégager quatre axes de réflexion.
Il s’agit du renforcement de la gouvernance du cadre juridique et institutionnel de l’emploi et de la formation professionnelle au Mali, et du développement des compétences en ressources humaines pour soutenir le développement économique, social, culturel et environnemental.

Il s’agit aussi de l’insertion socioéconomique des jeunes en quête d’emploi et du financement de l’emploi et de la formation professionnelle au Mali.

La présente assise offre, pour nous, une excellente occasion d’approfondir les constats, d’analyser les facteurs explicatifs des phénomènes constatés et de proposer des pistes de solutions ou options stratégiques aux problèmes identifiés et validés.

Mesdames, Messieurs les Participants,

Sans douter de votre intérêt pour cette table ronde qui est la vôtre, car il s’agit de questions que chacun traite à un niveau ou à un autre, je veux parler de l’emploi et du développement des compétences, je vous invite à approfondir, pendant ces deux jours, la réflexion entamée au niveau régional en vue de formuler des orientations et des objectifs stratégiques en matière d’emploi et de formation professionnelle pour la décennie à venir.

Je vous adresse donc ma profonde gratitude et je vous rassure de ma disponibilité totale, et de celle de tous les services techniques relevant de mon département, pour vous accompagner pendant ces deux jours.

Je souhaite plein succès à vos travaux et je déclare ouverte la Table ronde sur l’emploi et la formation professionnelle.

Qu’ALLAH bénisse le Mali !

Je vous remercie de votre aimable attention.