EMPLOI ET FORMATION PROFESSIONNELLE DANS L’ESPACE UEMOA :

Un atelier sous-régional sur « le rôle des observatoires de l’emploi et de la formation dans la coordination du système d’information sur le marche du travail (SIMT)

L’Azalaï hôtel Salam a abrité hier l’atelier sous-régional sur « le rôle des observatoires de l’emploi et de la formation dans la coordination du Système d’information sur le marché du travail (SIMT) et dans la formation, le suivi et l’évaluation des politiques d’emploi et de formation ». La cérémonie d’ouverture était présidée par M. Amadou KOÏTA, Ministre de la Jeunesse, de l’Emploi et de la Construction CitoyenneEtaient également présents Boubacar DIALLO, Directeur Général de l’Observatoire National de l’Emploi et de la Formation (ONEF), Yaya DIALLO, Représentant du Directeur du Bureau International du Travail (Bureau d’Abidjan) et d’autres personnalités.

 

L’Objectif de l’atelier est de déterminer les rôles des observatoires de l’emploi et de la formation dans la coordination du SIMT et dans la conception, le suivi et l’évaluation des politiques d’emploi et de formation dans l’espace communautaire. Le directeur général de l’ONEF a salué le choix porté sur le Mali pour abriter cette importante rencontre ainsi que la présence du Cameroun et du Maroc en plus des huit pays de l’UEMOA. Il a remercié les autorités maliennes pour l’attention qu’elles accordent à la jeunesse confrontée au chômage et au sous-emploi.

De son côté, le représentant du BIT a indiqué que les institutions africaines et les partenaires au développement attachent une importance accrue à la question du SIMT en ce sens que les données doivent être à l’avant-garde dans la conception, la mise en place et le suivi des politiques d’emploi et de formation professionnelle. Dans ce contexte, la création des observatoires de l’emploi et de la formation devrait contribuer à l’amélioration de la base de connaissance et faciliter la mise en place du système d’information sur le marché du travail, a-t-il souligné.

Pour Yacouba DIALLO, il est impératif de mettre en pratique une véritable politique de coordination ou de partenariat aussi bien entre les producteurs de données qu’entre les producteurs et les utilisateurs de données. Mais, cette idée élémentaire a du mal à frayer son chemin dans la plupart des pays africains, a-t-il déploré.

Quant au Ministre KOÏTA, il a rappelé que l’Afrique est touchée depuis des décennies par le chômage des jeunes et des femmes. Ce fléau, précise-t-il, constitue une des préoccupations majeures des chefs d’Etat et de gouvernement. Et pour trouver une solution, ceux-ci ont pris l’engagement en septembre 2004, lors du sommet de Ouagadougou, de placer l’emploi au centre des objectifs des politiques économiques et sociales. La concrétisation de cette volonté se manifeste aujourd’hui dans l’espace l’UEMOA par la création et l’autonomisation des observatoires de l’emploi et de la formation professionnelle ou de structures similaires pour assurer la production et la diffusion des données statistiques fiables sur l’emploi et la formation, a développé le Ministre.  

SOURCE : COM/MJECC